Accueil

 

Bienvenue sur le site de la SPA de Marly

Logospa

 

 

« STOP au harcèlement »

 

C'est suite à la prise en charge d'un chat errant et blessé en mai 2017 sur la Ville de St Amand les Eaux et la décision de notre vétérinaire d'euthanasier l'animal pour abréger ses souffrances (le chat présentait une fracture de mâchoire et des asticots sortaient de la vulve) que l'Association fait l'objet d'attaques sur les réseaux sociaux et de propos diffamants.

Une 1ère pétition a été mise en ligne, comparant notre centre à Auschwitz avec un déferlement d'insultes et d'atteintes à l'intégrité morale des salariés.

L'Association a déposé une première plainte pour diffamation.

Une seconde pétition est arrivée en Aout sur les réseaux sociaux visant la mauvaise gestion de notre refuge et attribuant à la Directrice des propos mensongers tels que « animaux non soignés… le vétérinaire coûte trop cher ». 

L'Association et sa fourrière ont toujours contractualisé la présence des vétérinaires en charge d’un mandat sanitaire avec visite systématique chaque matin du lundi au samedi et une permanence 24h/24 h et 7j/7j pour les urgences (animaux blessés ou malades).  

A ce titre, une seconde plainte a été déposée par l'Association pour diffamation.

En septembre, notre refuge et notre fourrière ont été soumis à un contrôle par la Direction départementale de la Protection animale- service santé animale, suite à une plainte auprès de leurs instances au sujet de la SPA. Le rapport que nous pouvons vous remettre, confirme une gestion sanitaire exemplaire de nos animaux.

Nos détracteurs ayant eu connaissance de ce rapport favorable des services de l'Etat, ont déclaré sur les réseaux sociaux que nous avions « des relations » et n’ont pas hésité à qualifier nos vétérinaires "de tueurs à la seringue".

Sachez que de plus en plus d'Associations en France qui ont des refuges doivent faire face à des campagnes de calomnies ou d'attaques violentes sur Internet, avec des conséquences parfois très graves sur leur fonctionnement. Soit il s’agit d’attaques très bien orchestrées soit il s’agit du fait d’un individu isolé qui sur un litige décide d’enflammer le web en suscitant pitié, indignation et colère. Le sujet de la cause animale est au centre de nos préoccupations et perspectives sociétales. A travers cette diffamation que nous subissons, l’animal n’est pas l’objectif mais un moyen pour retenir l’attention par la colère.  

L’extrémisme de certains détracteurs n’a pas de limite allant jusqu’à faire subir aux salariés agressions verbales mais aussi physiques.

Ces individus arguant de leur combat pour la défense animale, utilisent le sensationnalisme des médias pour briser des individus et anéantir la réputation des associations. Des associations calomniées qui vivent des dons et de la relation de confiance avec les maires des communes sont exsangues, se séparent de leurs locaux et sont « récupérées » par d’autres associations.

Ils choisissent ici de s'attaquer à un refuge contrôlé par l'Etat et membre de la confédération nationale des SPA de France.

Œuvrant depuis plus de 50 ans pour le sauvetage des animaux qu'elle accueille, la SPA de Marly emploie 9 salariés en contrat à durée indéterminée, et un CDD : cinq femmes et cinq hommes qui chaque jour avec sincérité, nourrissent, soignent, accueillent, apaisent, sauvent.

Employés depuis de nombreuses années dans l'entreprise, les salariés ont tous été formés pour améliorer les conditions de vie de nos animaux au refuge. La majorité d'entre eux aujourd'hui détient un certificat de capacité pour la gestion des animaux domestiques (chiens et chats) et un diplôme d'éducateur canin.

Chacun est profondément affecté par la remise en question non seulement de son professionnalisme mais surtout de sa bienveillance envers les animaux, bienveillance sans laquelle aucun n’aurait franchi les portes de la SPA. Nos familles ont tous vu commentaires et pétitions sur internet.  L’impact psychologique d’un tel déferlement de propos diffamatoires a conduit à des arrêts de travail pour épuisement moral. Après toute une carrière à grandir et à porter avec toute son âme l’Association, la violence de toutes ces accusations est inouïe.

Aujourd'hui, c'est une manifestation qui est aux portes de l'Association. Le Président, le conseil, les bénévoles, les salariés seront tous présents pour s’occuper des animaux et répondre aux urgences mais l’accueil du public sera fermé. Nous regrettons cette mesure car notre travail est aussi d’accueillir, de conseiller, de répondre aux besoins du public que nous recevons mais la sécurité de chacun prime avant tout.

Nous tenons à souligner que nous ne connaissons pas l’identité des organisateurs de cette manifestation. A aucun moment aucun « de ces vigoureux défenseurs des animaux » n’est venu à notre rencontre pour échanger. Ils se sont contentés de mettre en ligne des « photos volées » avec des animaux du chenil. Voir le regard d’un animal derrière les barreaux de sa cage suscite des réactions vives chez chacun.

Les barreaux sont associés à la détention donc à la maltraitance d’un être vulnérable : cela soulève les foules. Nous sommes disponibles pour expliquer les règles d’hygiène et la nécessité d’avoir des box pour éviter des contacts prolongés entre chiens errants et donc des épidémies.

Des photos de nos bénévoles venant quotidiennement promener les animaux n’ont pas été mis en ligne par nos détracteurs. A la SPA nous souhaitons que nos animaux soient adoptés. Ils sont pris en photo par un professionnel pour les mettre en valeur et susciter cet élan d’amour entre l’animal et l’adoptant, pas pour susciter la colère ou la haine.

Le signe de rassemblement de cette manifestation est un panneau interdiction et une seringue.

L'euthanasie est une réalité qui soulève chaque jour un questionnement éthique et moral. C’est le dernier recours face à la maladie incurable ou l’agressivité inéluctable de l’animal.

Toute SPA a le devoir de soulager la souffrance des animaux qu’elle accueille et de protéger les futurs adoptants et leur famille d’une éventuelle morsure grave faite par l’animal.

Le Président, les membres du conseil d'administration, les bénévoles, les salariés n'ont pas choisi d'œuvrer ensemble dans la protection animale pour euthanasier.

Si l'euthanasie est insupportable à juste titre pour les amis des animaux, elle n’en est pas moins une très lourde responsabilité pour des personnes qui vouent leur vie à la protection animale.

La décision d'euthanasie est toujours prise et mise en œuvre avec et par le vétérinaire après discussion collégiale. Nous n’hésitons pas à faire appel à des comportementalistes animaliers. 

Que veulent nos détracteurs ? protéger les animaux ? alors qu’ils participent à relayer les messages de prévention, promouvoir la stérilisation et l’identification, lutter contre la commercialisation sauvage, les « achats-adoptions » impulsifs.

Qu’ils s’acharnent sur les trafiquants et commerçants peu scrupuleux et les propriétaires irresponsables mais qu’ils cessent de jouer avec la sensibilité des gens pour servir des fins douteuses par des moyens profondément indignes.    

 


 


 

  •                             

  • « On peut juger de la grandeur d’une nation

    par la façon dont les animaux y sont traités »

    Citation de Gandhi, Homme politique, Philosophe, révolutionnaire (1869-1948 )


    Face à cette détresse animale sur notre territoire,

    nous sommes tous concernés !  

    C’est donc à nous citoyens de réagir en devenant

    de fervents disciples de la pensée de Gandhi !

  •  

     

 

Vous êtes le 164805ème visiteur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×